Comment se comporter lorsque l’on voyage seul à vélo ?

Comment se comporter lorsque l’on voyage seul à vélo ?

À partir du moment où vous choisissez de voyager seule, les avantages sont beaucoup plus nombreux que les inconvénients. Le premier est, bien sûr, cette liberté de mouvement, de choix. Pour ceux qui voyagent avec pour but la rencontre, voyager seule est un atout essentiel.

Que penser d’une femme voyageant seule à bicyclette ?

Chacun a plus tendance à protéger une femme seule. Les villageois sont beaucoup plus accueillants, disponibles et en confiance avec une femme seule. Les portes des maisons s’ouvrent sans appréhension, les invitations se succèdent pour cette inconnue venue d’ailleurs à vélo. Il semble important pour une femme seule de faire connaitre sa présence aux autorités locales ou du moins une habitation voisine (quitte à camper à proximité de ladite maison), hormis bien entendu dans les lieux désertiques où le camping sauvage s’impose. Les rencontres entre femmes sont favorisées. Les récits, les activités se partagent sans complexe, et ainsi vous vous retrouvez piler du mil à la force de vos bras entourée d’un groupe de femmes africaines au fin fond de la brousse après avoir fait tourner vos mollets toute la journée ! Sans oublier les rencontres avec des cyclos ! Quel chemin n’a pas encore été emprunté par un deux-roues venu d’ailleurs ? Vous ne manquerez pas d’être surprise au fin fond, de l’autre bout du monde de croiser une bicyclette chargé de sacoches.

Plaisir de se raconter quelques minutes sur le bord du chemin…

Joie de partager quelques kilomètres, quelques jours de coups de pédale commun… Vous partez seule et, finalement, vous pédalez avec différents compagnons de route rencontrés sur l’itinéraire. Un conseil qui peut paraitre simpliste. Toujours se fier son instinct, son ressenti ! Ne pas hésiter à refuser une invitation si on ne la sent pas. La présence d’enfants dans les lieux est toujours sécurisante.

Exemple d’une situation cocasse d’une femme voyageant seule à vélo

Cette scène n’aurait pas existé si cette femme avait été accompagnée. Cela se passait le long du Pacifique, au nord du Chili, non loin des frontières péruvienne et bolivienne. Comme elle ne souhaitait pas dormir seule sur la plage sous sa tente dans cette zone réputée pour le trafic de drogue, elle est allée demander l’hospitalité à la seule demeure croisée cet après-midi-là, une caserne militaire. Refus strict du règlement et des différents chefs, d’accueillir un civil, qui plus est, une femme dans leur enceinte. Mais, face à la situation, le chef suprême s’est subitement senti responsable de la femme seule qu’elle était. Il a alors nommé deux militaires pour garder sa tente plantée à quelques mètres de la caserne, seule sur la plage. Cette nuit-là, contrairement aux autres, elle n’a pas sorti la tête de sa tente pour regarder les étoiles… Elle voyait l’ombre de deux fusils. Et elle riait toute seule, regrettant de n’avoir personne avec qui partager le moment… Sauf qu’à deux, cette scène n’aurait pas existé !

Voyager seule, mais la bague au doigt

Une simple bague de pacotille à l’annulaire gauche permet de s’inventer un mari dans certaines situations délicates. En Afrique de l’Ouest, fréquemment demandée en mariage, avec pour offrande des chameaux, il suffira de montrer son alliance, annonçant un mari resté en France ou parfois même pédalant quelques kilomètres devant ou derrière.

Quant aux sorties nocturnes pour les femmes

Seule, elles ne sont pas plus à recommander lors d’un voyage à vélo qu’avec un autre moyen de locomotion.

Conclusion sur le voyage en solitaire au féminin

Finalement la seule nécessité pour voyager seule au féminin dans des conditions de cyclocamping est de ne pas être une starlette à paillettes dans l’âme, qui sera grandement déçue de ne pas pouvoir se pomponner au quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *