Le rôle du commissaire-priseur, comment estimer une œuvre d’art ?

Le rôle du commissaire-priseur, comment estimer une œuvre d’art ?

Le nombre de commissaires-priseurs en France peut être compté du bout des doigts. Bien que le métier soit parfois méconnu, cet expert joue un grand rôle lors des ventes aux enchères. Le commissaire-priseur est le seul qui est en effet habilité dans la gestion de l’estimation des œuvres d’art. Dans cette panoplie d’exigences et d’amour de l’art, il possède plusieurs rôles et compétences dont nous vous dévoilons la teneur ici.

Le commissaire-priseur : expert du juste prix les objets d’art

La fonction première du commissaire-priseur est celle de former le catalogue des ventes des pièces et œuvres d’art. Présents partout en France, les commissaires-priseurs déterminent le coût des objets qui seront cédés, où que ce soit, lors d’une vente aux enchères à Toulouse, à Nantes ou à Paris pour ne citer que ces grandes villes. Grâce à sa formation, ce professionnel se basera sur ses connaissances en art et son expérience acquise pour déterminer une tranche de prix de vente.

Il se base également sur les données officielles et les cotes des artistes dans la détermination de ce prix de vente. Aussi bien l’authenticité que l’époque et l’état de l’objet sont également des critères sur lesquels se base ce professionnel pour l’estimation des œuvres d’art.

Lorsque le prix plancher ou le prix de réserve peut être défini en accord avec le vendeur, le prix de vente peut dans ce cas aller au-delà de l’estimation initiale. Le commissaire-priseur peut bien entendu estimer tous les types d’objets. Sa formation initiale est en réalité généraliste et lui permet d’exceller aussi bien dans l’estimation de tableaux que de meubles anciens ou de bijoux.

La détermination de l’origine d’une œuvre

Le commissaire-priseur possède également une casquette que très peu de personnes connaissent. Il se charge en effet de déterminer l’origine et l’attribution d’une œuvre à son concepteur. C’est un vrai travail d’enquêteur qui sollicite souvent l’assistance d’un expert et peut l’amener dans certains cas à se renseigner dans d’autres langues comme l’anglais.

Le commissaire-priseur travaille alors sur les caractéristiques de l’œuvre telles que les techniques et les matériaux utilisés. Il se base bien évidemment sur ses propres connaissances sur des objets similaires. Cela lui permettra de définir avec exactitude l’époque, le courant et de remonter ainsi à l’artiste.

Dans certains cas, il lui est possible de procéder à des prélèvements et à des analyses scientifiques. Ces recherches minutieuses permettent à beaucoup d’œuvres de retrouver avec certitude une part de leur histoire. Sachez que lorsqu’un doute persiste sur l’origine de l’objet, celui-ci est vendu comme « attribué à ».

commissaire-priseur

La direction des ventes aux enchères

L’un des rôles du commissaire-priseur est celui de diriger les différentes ventes. Il est le seul bien évidemment qui est autorisé à manier le marteau et à proclamer le mot d’ordre « Adjugé vendu ». Lors des ventes, il présente et défend également les lots tout en se chargeant de faire monter les enchères.

Toujours dans le sens de la gestion, ce professionnel se permet de rédiger les procès-verbaux des ventes et de consigner le coût d’adjudication. Dans le même temps, cet expert supervise la livraison des œuvres d’art à ses nouveaux propriétaires.

En dehors de son expertise, il doit avoir de véritables qualités humaines de communication. Le commissaire-priseur doit faire preuve d’empathie tout en établissant un rapport de confiance avec les vendeurs et les acheteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *